Le bébé et l'enfant

1) Le bébé

A la naissance, le Romain était lavé puis déposé aux pieds de son père. Si il était mal formé ou parfois s’il s‘agit d‘une fille, le père ordonnait la mort du bébé. Sinon, il reconnaissait son enfant en l‘exposant hors de la maison. Le neuvième jour, le père choisissait le prénom de son enfant, prenait de l‘eau et l’ondoyait pour le purifier.

2) L'enfant

Il portait la Bulla, qui était un médaillon en or ou en cuir contenant une amulette censée le protéger. Les garçons jouaient avec un hochet, un sifflet ou des grelots. L’expression « a crepitare » signifie « dès l’enfance » et le verbe crépitare a donné en français crépiter, qui évoque le bruit du hochet. Leur jeu préféré restait le jeu des noix malgré qu’on ai retrouvé des billes de verre et de céramique durant des fouilles archéologiques. Ensuite, jusqu’à l’âge de 11 ans, les garçons se rendaient à l’école où le magister leur apprenait à lire, à écrire et à compter. Peu de filles allaient à l’école, la plupart restaient chez elles avec leur mère. Elles jouaient avec des poupées de chiffon ou des poupées de bois articulées. De 11 à 16 ans, les familles les plus riches envoyaient leur enfants chez le grammaticus qui leur apprenait la grammaire, les textes grecs et latins. A 16 ans, le jeune garçon suivait les cours d’un rhéteur qui lui enseignait l’art oratoire pour le préparer à la vie politique principalement.

Il ne portait alors plus sa Bulla et enlevait sa toge prétexte, qui est une toge blanche bordée de pourpre que les enfants ainsi que les sénateurs portaient. Pour remplacer cette toge prétexte, il revêtait la toge virile, qui symbolisait sa nouvelle vie d’homme libre.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×